Déambulatoire :

Tableaux, Bas et Hauts reliefs de la travée 06

Vous pouvez facilement repérer cette chapelle sur la vue en plan de la Cathédrale que vous trouverez ci-dessous, en effet, son emprise au sol est colorée en jaune.

Sources Emmanuel WALLET

( 1 ) commentaires à venir




retrouvez les 11 travèes du Déambulatoire en cliquant       ici

Son Histoire

Sur le mur de clôture qui ferme le grand chœur, l'Ex-voto du chanoine Jean de Libourc mort en 1470, il constitue l'un des plus précieux joyaux artistiques, de la Cathédrale. Il représente Jésus-Christ se détachant de la croix, et descendant sur l'autel pendant le saint sacrifice de la messe. L'officiant est le pape Grégoire le Grand, dont la tiare est portée par deux cardinaux placés à sa droite. A sa gauche, se tient le chanoine Jean de Libourc, accompagné de saint Jean-Baptiste son patron. Sur un fond d'azur fleurdelisé d'or, sont groupés les instruments et les souvenirs de la Passion, ainsi que les bustes de saint Pierre, Judas, Caïphe et Pilate. Une inscription en relief et en minuscule gothique rappelle que de nombreuses indulgences sont attachées à la récitation avec contrition de 5 Pater et 5 Ave Maria devant ce monument. La dévotion aux 30 messes consécutives, en faveur des âmes du purgatoire, qui date de saint Grégoire, a été de tous temps fort suivie par les Audomarois, comme en font foi leurs testaments.


Voila la description qu'en fait Emmanuel WALLET ( professeur de dessin à l'ecole d'artillerie et à l'école de peinture de la ville de Douai, ancien officier du génie militaire, membre de la Société des antiquaires de la Morinie ) dans son ouvrage daté de 1839 "Description de l'ancienne Cathédrale de Saint-Omer"
Commentaires à venir


L'abbé Augustin Dusautoir dans son ouvrage de 1903 intitulé "Guide pratique du visiteur" nous apporte les précisions suivantes :
Commentaires à venir



Cathédrale de Saint-Omer|Déambulatoire travée 06


Déambulatoire travée 06

Elévation côté Choeur

Sur le mur de clôture qui ferme le grand chœur, l'Ex-voto du chanoine Jean de Libourc mort en 1470, il constitue l'un des plus précieux joyaux artistiques, de la Cathédrale. Il représente Jésus-Christ se détachant de la croix, et descendant sur l'autel pendant le saint sacrifice de la messe. L'officiant est le pape Grégoire le Grand, dont la tiare est portée par deux cardinaux placés à sa droite. A sa gauche, se tient le chanoine Jean de Libourc, accompagné de saint Jean-Baptiste son patron. Sur un fond d'azur fleurdelisé d'or, sont groupés les instruments et les souvenirs de la Passion, ainsi que les bustes de saint Pierre, Judas, Caïphe et Pilate. Une inscription en relief et en minuscule gothique rappelle que de nombreuses indulgences sont attachées à la récitation avec contrition de 5 Pater et 5 Ave Maria devant ce monument. La dévotion aux 30 messes consécutives, en faveur des âmes du purgatoire, qui date de saint Grégoire, a été de tous temps fort suivie par les Audomarois, comme en font foi leurs testaments.

Déambulatoire travée 06

Déambulatoire travée 06

Déambulatoire travée 06



Dallage de la travée 06

Le dallage de cette travée laisse apparaitre la pierre tombale de Gérard d'Haméricourt. En 1553 , lorsque Thérouanne est détruite par les troupes de Charles Quint, la place importante qu’occupe la collégiale de Saint-Omer et les liens importants qui la lient à l’empereur la désignent pour devenir, avec Boulogne et Ypres, le siège d’un des évêchés fondés sur les ruines de l’ancien diocèse. En 1559, de collégiale, Saint-Omer devient ainsi cathédrale, siège d’un évêché de près d’une centaine de paroisses. Ironie de l’histoire, c’est l’abbé de Saint-Bertin Gérard d’Haméricourt qui en devient le premier évêque !

Déambulatoire travée 06

Elévation côté Choeur, monument funéraire

Monument funéraire de Jean de Libourc (bas-relief) 1470 : messe de saint Grégoire avec le donateur accompagné de saint Jean-Baptiste. Il a sans doute été exécuté par Jean Martin.
Scène sculptée en bas-relief, peint et doré, avec inscriptions gravées et dorées. Cadre également en pierre polychrome et dorée.Arc en accolade et décor architectural, décor de feuilles de choux. Pinacles latéraux. Inscriptions en minuscule gothique. La première en relief, de corps plus large et se rapporte aux prières indulgentées. La seconde gravée en creux, est l'épitaphe du chanoine.
Ce mémorial à Jean de Libourc est sculpté dans du calcaire blanc du nord de la France et mesure 2,58 m sur 1,60 m. Il montre un chanoine agenouillé à gauche présenté par saint Jean-Baptiste à la scène de la messe de saint Grégoire. Au centre, le pape Grégoire le Grand est vu à genoux devant un autel avec un jeune acolyte tenant sa chasuble et les restes d'une torche, et deux cardinaux debout à droite tenant la tiare papale du saint. Devant Grégoire, sa vision miraculeuse se déploie : le Christ se tient sur l'autel devant un retable en forme de `` T '' inversé, vêtu d'un pagne et de sa couronne d'épines, et presse la plaie sanglante dans son côté. Autour du Christ sont rangés les instruments de la Passion et de ses participants : à gauche, le voile de Sainte Véronique, le fléau et le bouleau, Caïphe et Hérode, L'oreille de Malchus, saint Pierre et l'épée. Derrière le Christ, la croix sur laquelle il était crucifié drapé de sa robe, les dés et les pièces de monnaie, un spectateur moqueur, le marteau et trois clous, la lanterne, la lance de saint Longin, l'échelle et les trois pots à onguent de Marie. A droite, les pinces, Judas avec une bourse autour du cou, le roseau et l'éponge, Ponce Pilate, Annas, la servante, la cruche et le bassin de Pilate, la colonne et le cordon de la Flagellation avec le coq de Saint-Pierre sur le dessus et, dans le coin inférieur droit, le sarcophage du Christ avec son linceul. La scène sculptée est entourée d'un cadre ogival, qui fut ajouté : les pinacles des deux contreforts latéraux et les arcades ajourées le long du sommet du monument sont tous des ajouts du XIX ème siècle.
Précisions apportées par les Amis de la Cathédrale
Le message implicite du chanoine : « J’ai cru à la présence réelle et je veux l’annoncer encore pendant des années ». La messe rend le Christ présent. On voit le donateur avec son saint patron, saint Jean-Baptiste. On retrouve tous les emblèmes de la Passion ( = Arma Christi) sur un fond d’azur fleurdelisé d’or : Judas et sa bourse autour du cou, les trente deniers ( très exactement 30), le coq, le fouet, la main qui gifle, les clous, les gobelets à jeux et les dés, la tunique d’une seule pièce et derrière elle, le visage d’un de ceux qui l’ont tiré au sort , l’éponge avec le vinaigre, la tête de Caïphe coiffée de la mitre, le plat dans lequel Pilate se lave les mains, les lanternes, l’oreille coupée de Malcus à côté du glaive et de la tête nimbée de Pierre, le serviteur du grand-prêtre, les dés, la lance, la branche d’hysope derrière l’échelle, les pots de myrrhe et d’aloès sur la croix (environ 100 livres = 32 kg), une main (celle de Judas dans le plat ou celle de Pilate), une femme (la servante du grand prêtre ou la femme de Pilate), la colonne de la flagellation et le lien qui y attache le condamné, le tombeau et le linceul en bas à droite. Référence à une vision du Pape saint Grégoire le Grand (VI siècle). Moine bénédictin, il est devenu pape malgré lui. Théologien, philosophe, il est un des quatre grands docteurs de l’Eglise. Il a écrit « Moralia in Job », un livre de morale. Il a encouragé les sculptures dans les édifices comme « Bible de pierres ». Il a envoyé le moine Augustin évangéliser l’Angleterre. D’après la Légende dorée de Jacques de Voragine, il y a eu un miracle pendant qu’il célébrait la messe. Un des assistants ne croyait pas à la présence réelle. Le Christ est apparu sur l’autel : de son côté est sorti du sang vers le calice. Celui-ci était entouré de deux candélabres. Les cardinaux tiennent la tiare. Les chapeaux des cardinaux ont plus ou moins de pompons. Une inscription en minuscule gothique, rappelle que de nombreuses indulgences sont attachées à la récitation de 5 Pater et 5 Ave devant ce monument.

Déambulatoire travée 06


Dans les Pays-Bas bourguignons, il était courant que les chanoines séculiers soient inhumés dans l'église du chapitre auquel ils appartenaient. Un chanoine était normalement inhumé dans les parties déambulatoires de l'église ou du cloître sous une dalle funéraire, souvent sculpté en relief peu profond ou avec une décoration incisée, ou sertie d'incrustations en laiton. À certains endroits, la tombe d'un chanoine pouvait également comporter une tablette commémorative ( bas-relief ou haut-relief ), généralement sous la forme d'une sculpture en relief, encastrée dans un mur ou un piler à proximité. Bien que certaines tablettes commémoratives existaient indépendamment de la dalle funéraire, il existe des preuves précises qu'elles étaient fréquemment conçues pour accompagner un monument funéraire placé plus bas. Notre ami et historien médiéval Douglas Brine est spécialisé dans ces types d'ouvrages et il a écrit un mémoire sur Jean Libourc, que j'ai traduit et que vous pouvez télécharger ICI

Déambulatoire travée 06

Déambulatoire travée 06



Elévation côté Choeur 24 Ex-voto

Bas-relief en dessous, en marbre blanc constitué de 24 Ex-voto en remerciement à Notre Dame des Miracles de 1897 à 1899.