Le Porche sud de la Cathédrale Notre Dame

On l’a souvent qualifié de grand portail. En haut du pignon, trois niches contenaient autrefois les statues des saints Antoine le solitaire, Louis et Denis (fin XIV ème). Les gargouilles ont été remises en service en 1999. Au fronton, cadran solaire de 1610 par un audomarois, Jacques Alain. Le cadran solaire inventé il y a 5000 ans et utilisé par les Egyptiens. Restauré en 2014 (40.000 €). On peut aussi lire la date et les signes du zodiaque. Il est faux, probablement à cause du stylet. Vers 1740, constructions de piédestaux carrés surmontées de pots-à-feu aujourd’hui disparus , pas du tout dans l’esprit gothique. Le pavement usé est de 1442, en grès de Béthune.
Tympan du début XIII ème siècle : un des derniers témoins en France de cette période (mais têtes refaites au XIX). Jugement Dernier que l’on voit souvent sur le portail occidental. Une hypothèse était qu’il avait été démonté lors de l’agrandissement. Il est plus probable que l’extrémité du transept était déjà construite quand le chantier s’est interrompu. Aux extrémités du registre supérieur, deux anges sonnent de la trompette. Le Christ du Jugement n’est pas assis, comme le veut la coutume, mais il est debout et semble faire un pas en avant. C’est le Seigneur qui vient, qui surgit en pleine gloire. Il porte la couronne d’épines et il élève les mains en signe de bénédiction. Les paumes montrent la marque des clous : il a vraiment été crucifié. La Vierge et saint Jean sont agenouillés, les mains jointes très hautes en signe de supplication. A leurs côtés deux anges tiennent les instruments de la Passion (= arma Christi = victoire sur la mort) : la croix et la lance pour un ange / l’éponge au bout d’un roseau pour l’autre. En dessous, les morts sortent de leurs tombeaux ou de leurs urnes enveloppés de leur suaire. Au dessous encore, un ange sépare les bons des méchants. Les élus à la droite du Christ sont conduits par un ange vers le Ciel. Ils sont espacés et libres de leurs mouvements. Ils sont reçus dans un large voile ou linge, « le sein d’Abraham » : parmi les cinq petits personnages, l’un est mitré (un évêque), un autre couronné. Leurs visages expriment le bonheur. A la gauche du Christ, un démon entraîne un damné tête en bas. Les damnés sont emmenés au son du tambour et de la flûte vers la gueule de l’Enfer. Un grand démon met un damné couronné dans l’enfer. Les figures de l’Enfer ont toujours inspiré les sculpteurs (= imagiers) bien davantage que celles du Paradis. Ici une bête infernale plutôt qu’un feu.
Sur le trumeau entre les portes jumelles, figurait autrefois une statue de saint Omer. Elle a été remplacée par une statue de Vierge début XVI (style maniéré). Le buste et l’enfant ont été refaits au XIX ème siècle.
Les 4 encorbellements qui supportent les linteaux, sont décorés d’un relief : deux anges de chaque côté de la Vierge, le Christ entre les pèlerins d’Emmaüs et Samson.
Les ébrasements sont en pierre de Marquise, gélive fragile + saccagées à la Révolution. Saint Omer devient évêque / Prédication d’Omer / Jeune moine écervelé / Un arbre lumineux planté par Omer / Baptême d’Adroald (à droite). Programme qui s’inspire d’un manuscrit de l'an 698, manuscrit enluminé conservé à la bibliothèque.
Sur les portes, 2 anneaux de bronze attachés à des figures grotesques. On venait les toucher au Moyen Age pour implorer le droit d’asile, dés le IX ème siècle. (Ils ont été replacés plus haut à cause des abus du droit d’asile).

Le grand portail construit entre 1250 et 1275

Ce portail "Royal" date de la seconde moitié du XIII ème siècle. L'avant-porche date du milieu du XV ème siècle.
Son tympan représente le jugement dernier. Le Christ est représenté debout les mains levées. Il montre les traces de clous qui l'ont fixé à la croix. C'est ce qu'on appelle l'ostension des plaies.
A chaque extrémité de la plus haute sculpture deux anges agenouillés sonnent de la trompette pour annoncer le jugement dernier. Puis deux autres anges : l'un à droite tient l'éponge imbibée de vinaigre que donna un soldat au Christ pour étancher sa soif, et un autre à gauche qui tient une croix et la lance qui perça le flanc du Christ. Au centre de chaque côté de Jésus, Marie et l'apôtre Jean l'Évangéliste supplient à genoux, le Christ d'être miséricordieux au moment du jugement dernier. Le Christ est le personnage principal du tympan.
Au dessus du rinceau du linteau, à l'extrémité gauche les bonnes personnes se dirigent vers Abraham, le personnage assis qui ressemble au Christ, et qui tient un voile sur ses genoux enveloppant cinq personnages dont un roi et un évêque. A droite, les méchantes personnes partent pour l'enfer qui est représenté ici par la gueule ouverte d'un monstre. Ils sont poussés dans cette gueule par le diable à tête cornue et aux pieds fourchus.
Au centre de cette sculpture, les morts nus sortent de leur tombe et regardent vers le Christ : les élus à droite du Christ et les damnés à sa gauche. A noter, au centre dans le rinceau, les armoiries de Saint-Omer avec la croix patriarcale de Jérusalem ( symbole rapporté par Geoffroy de Saint-Omer lors de son retour de Jérusalem en 1127, et donné à son père Guillaume 1er seigneur de Saint-Omer ).





Porche sud de notre dame de saint-omer
Porche sud de notre dame de saint-omer
Porche sud de notre dame de saint-omer
Porche sud de notre dame de saint-omer

Porche sud de notre dame de saint-omer


Porche sud de notre dame de saint-omer



Auteurs

Montage & Photographies Les Amis de la Cathédrale
Si vous désirez des renseignements complémentaires contactez via notre formulaire L'équipe en charge de l'histoire.