La tour Porche de la Cathédrale Notre Dame

TOUR PORCHE (1472-1521)
Cette tour-porche carrée est caractéristique du Nord de la France et non façade harmonique avec 3 porches suivant la nef et les bas-côtés. La porte la date de 1499. Haute de 50 mètres pour rivaliser avec la tour de l’abbaye de Saint-Bertin, la tour fait corps avec la nef. Style perpendiculaire anglais caractérisé par la multiplication des quadrillages de lignes verticales et horizontales. Quatre tourelles octogonales qui pouvaient abriter un guetteur le jour et le veilleur de nuit qui, au moyen d’une cloche, avertissaient des incendies. Plateforme fermée par une balustrade. Elle servit aussi pour le sémaphore.
A l’angle sud-ouest, il y avait un escalier à double révolution : l’un avec une issue à l’intérieur de l’église et l’autre avec une issue à l’extérieur. La tour servait de beffroi (service de guet, nombreuses sonneries de cloches pour les alertes, l’ouverture et la fermeture des portes, les heures de cessation de travail…) La cloche du Ban dite Bancloque, convoquait le peuple à entendre les décrets du souverain : les bans. L’autre escalier était réservé aux employés de l’église. Aujourd’hui cet escalier est condamné. Portail en pierre de Brabant réalisé par un maçon brugeois, Jean Van Der Poele, entre 1511 et 1514. La décoration est typique du gothique tardif. Tympan avec les armes du chapitre (3 pommes de pin) et au-dessus du tympan, un écusson martelé. La grande fenêtre, refaite en 1516, porte en son centre les armoiries de François de Melun, alors prévôt de la collégiale. La statue de la Vierge date de 1869

Le portail occidental ou portail Sainte-Aldegonde

Autrefois entrée principale qui donne sur la nef. Le trumeau porte une statue de la sainte Vierge qui date de 1869. Les deux niches aujourd'hui vides, contenaient les statues de saint Omer et saint Erkembode et dataient de 1535. Une rosace éclairait les travées sous la tour : elle a été transformée en grande baie d'où l'arc en plein cintre situé au-dessus du portail, alors que les autres baies sont surmontées d'un arc en ogive.





Porche ouest de notre dame de saint-omer
Porche ouest de notre dame de saint-omer
Porche ouest de notre dame de saint-omer
Porche ouest de notre dame de saint-omer

Descriptions complémentaires des Amis de la Cathédrale

Cette tour-porche carrée est caractéristique du Nord de la France et non façade harmonique avec 3 porches suivant la nef et les bas-côtés. Porte la date de 1499. Haute de 50 mètres pour rivaliser avec la tour de l’abbaye de Saint-Bertin, la tour fait corps avec la nef. Style perpendiculaire anglais caractérisé par la multiplication des quadrillages de lignes verticales et horizontales. Quatre tourelles octogonales qui pouvaient abriter un guetteur le jour et le veilleur de nuit qui, au moyen d’une cloche, avertissaient des incendies. Plateforme fermée par une balustrade. Elle servit aussi pour le sémaphore. A l’angle sud-ouest, il y avait un escalier à double évolution : l’un avec une issue à l’intérieur de l’église et l’autre avec une issue à l’extérieur. La tour servait de beffroi (service de guet, nombreuses sonneries de cloches pour les alertes, l’ouverture et la fermeture des portes, les heures de cessation de travail…) La cloche du Ban dite Bancloque, convoquait le peuple à entendre les décrets du souverain : les bans. L’autre escalier était réservé aux employés de l’église. Aujourd’hui condamné et bouché. Portail en pierre de Brabant réalisé par un maçon brugeois, Jean Van Der Poele, entre 1511 et 1514. La décoration est typique du gothique tardif. Tympan avec les armes du chapitre (3 pommes de pin) et au-dessus du tympan, un écusson martelé. La grande fenêtre, refaite en 1516, porte en son centre les armoiries de François de Melun, alors prévôt de la collégiale. Statue de la Vierge de 1869. La petite porte extérieure à gauche, servait d’entrée particulière à l’église et celle qui est murée, donnait accès au refuge de nuit. Au-dessus logeait le gardien et surveillant de l’église. A l’étage, il y avait une recluse (on voit les traces des voûtes de ce logis à l’intérieur, deux chambrettes superposées communiquant par un étroit escalier), comme la mère d’Esméralda. On ne connaît pas la recluse de la cathédrale. Près de saint Bertin dans l’église Saint-Martin, il y avait Eustachie, une autre recluse. Il y en avait aussi à Saint-Denis. On venait leur demander conseil surtout au XV ème et XVI ème.


Porche ouest de notre dame de saint-omer



Auteurs

Montage & Photographies Les Amis de la Cathédrale
Si vous désirez des renseignements complémentaires contactez via notre formulaire L'équipe en charge de l'histoire.