Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit

Vous pouvez facilement repérer cette chapelle sur la vue en plan de la Cathédrale que vous trouverez ci-dessous, en effet, son emprise au sol est colorée en rouge.

Sources Emmanuel WALLET

( 1 ) Ce tableau, qui depuis est passé dans l'église Saint-Sépulcre de cette ville, représente une mise au tombeau de Notre Seigneur. Descamps, en l'attribuant a Crayer, l'a qualifié ainsi : Belle couleur comme Rubens, et beau pinceau, l'éloge donné à cette peinture n'est point usurpé, si véritablement Descamps a voulu désigner le tableau de la chapelle C On ne peut nier cependant que Descamps se soit quelque fois trompé dans les indications d'auteurs : aussi croyons-nous utile de rapporter ici, comme document, mais sans en vouloir tirer conséquence, le passage suivant de Deneuville ( tome 3 , page 99 ), qui nous apprend que le chapitre de Notre Dame ayant écrit à Ruhens, pour en obtenir un tableau, ce dernier s'estonna de ce que les chanoines de Saint-Omer voulaient avoir de son travail, puisqu'alors ils avaient un peintre nommé Evrard dans leur ville, dont il avouait que le pinceau et le dessein nestait pas moins à estimer que le sien. Puis il ajoute : C'est de cet Evrard que cette église de Saint-Omer possède un tableau représentant le corps du Seigneur, qui se trouve dans l'autel d'une chapelle contigue à celle du tableau de Rubens, et qui est aussi fort estimé. Nos recherches jusqu'à présent ne nous ont rien appris de ce peintre Evrard.
( 2 ) Le sujet de cette sculpture est ce que l'on appelle une Sainte Famille. Cest l'enfant Jésus revenant du Temple entre la Vierge et Saint Joseph, et au-dessus d'eux, le Saint Esprit et le Père Éternel. Tout ce travail est d'une exécution remarquable.
( 3 ) Ce calvaire avait , en 1817 , été dressé a l'extérieur de l'église et à l'occident de son portail méridional mais il fut enlevé en 1830, et caché, avec les noms de ses fondateurs, jusqu'en 1836, époque où il a été replacé dans la chapelle du Saint Esprit.

Son Histoire

Voila la description qu'en fait Emmanuel WALLET ( professeur de dessin à l'ecole d'artillerie et à l'école de peinture de la ville de Douai, ancien officier du génie militaire, membre de la Société des antiquaires de la Morinie ) dans son ouvrage daté de 1839 "Description de l'ancienne Cathédrale de Saint-Omer"

Egalement dédiée à Saint Étienne et à Saint Thomas apôtre. Cette chapelle, en 1323, avait reçu de la libéralité de la châtelaine, Éléonore de Rumenghem, divers embellissements ou augmentations. Elle en reçut depuis encore, et à une époque bien moins reculée (XVII ème siècle). Mais, complètement dévastée durant la révolution, et dépouillée surtout du beau tableau qui en décorait l'autel ( 1 ), elle n'a conservé dès-lors qu'un ex-voto de marbre noir et d'albâtre ( 2 ), composé dans le style de la renaissance. Ce monument que l'on aperçoit sur l'un de ses piliers d'entrée ( planche V , figure 2 ), a été élevé en mémoire du doyen Jean-Marie Demarnix, décédé le 9 février 1648. Quant à notre chapelle, dans laquelle on a placé récemment le Christ de la mission de 1827 ( 3 ), elle est devenue actuellement celle du Calvaire.


L'abbé Augustin Dusautoir dans son ouvrage de 1903 intitulé "Guide pratique du visiteur" nous apporte les précisions suivantes :
La chapelle du Sacré-Cœur, dite autrefois du Saint Esprit, et restaurée de 1872 à 1874, abrita au XIX ème siècle le calvaire de mission. Ses vitraux en style du XIII ème siècle et des ateliers Lusson, reproduisent différentes scènes ayant trait aux manifestationsdu coeur adorable du sauveur dans le nouveau testament et dans la dévotion de l'église et des Saints. A droite, un portrait sur toile de Saint François de Sales, évêque de Genève. A gauche, Saint Charles Boromée, cardinal et archevêque de Milan. Son carrelage est tout à fait remarquable par ses quatre grandes dalles équestres, sa dalle centrale avec ses figures fantastiques et une dalle sur le devant qui représente le mois de mars sous l'aspect d'un jardinier taillant ses arbres. Les autres petites dalles sont modernes, comme l'indique d'ailleurs leur brillant, mais elles ont été façonnées sur les modèles anciens du splendide carrelage du XIII ème siècle qui couvrait le sol du chœur de l'église et probablement aussi celui des chapelles absidales. Deux des dalles équestres, qui ont 1.45 ml de côté et sont placées en losange représentent FOULQUES de Sainte ALDEGONDE et son fils GILLES qui·les ont offertes à leur saint patron Omer. Les deux autres sont des ex-voto de NICOLAS ET GUJLLAUME WASSELIN, tous deux bourgeois de Saint-Omer. Ces dalles figurent comme modèles dans les manuels d'archéologie.


Aujourd'hui cette chapelle dédièe au Sacré Coeur, abrite une collection de dalles gravées provenant du choeur de l'église Romane. A l'entrée à droite et à gauche : 'la cigogne chez le renard et le renard chez la cigogne' illustrant une fable du moyen âge. Au milieu de garndes dalles chevaleresques rappelant des illustres familles échevinales qui offrirent ce dallage à saint Omer ( les Wasselin, les Sainte Aldegonde, etc). Les inscriptions permettent de dater ces oeuvres entre 1240 et 1260.






Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle du Saint Esprit


Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit


Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Cathédrale de Saint-Omer Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Cathédrale de Saint-Omer Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Cathédrale de Saint-Omer Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit
Cathédrale de Saint-Omer | Chapelle du Sacré Coeur ancienne Saint Esprit | A l'entrée à droite et à gauche : 'la cigogne chez le renard et le renard chez la cigogne' illustrant une fable du moyen âge.
Au milieu de garndes dalles chevaleresques rappelant des illustres familles échevinales qui offrirent ce dallage à saint Omer ( les Wasselin, les Sainte Aldegonde, etc). | photo prise en 1990

Photographe

Montage & Photographies Les Amis de la Cathédrale

Textes et documentation provenant des archives de l'association "Les Amis de la Cathédrale". Si vous constatez une erreur sur cette page n'hésitez pas à le signaler à l'équipe en charge de la documentation en cliquant ICI.