Chapelle Ancienne Sainte Trinité

Vous pouvez facilement repérer cette chapelle sur la vue en plan de la Cathédrale que vous trouverez ci-dessous, en effet, son emprise au sol est colorée en rouge.

Sources Emmanuel WALLET

( 1 ) Les fondateur de la première, ( celle de 1336 ), avaient eté Enfart Deule et son épouse. Le fondateur de la seconde fut Simon Bocheux, doyen de Notre Dame, mort eu 1462, inhumé dans cette chapelle, où se trouve encore, et bien conservée, sa pierre tumulaire.

Son Histoire

Voila la description qu'en fait Emmanuel WALLET ( professeur de dessin à l'ecole d'artillerie et à l'école de peinture de la ville de Douai, ancien officier du génie militaire, membre de la Société des antiquaires de la Morinie ) dans son ouvrage daté de 1839 "Description de l'ancienne Cathédrale de Saint-Omer"

Ancienne chapelle de la Sainte-Trinité, érigée en 1336, et dans laquelle, vers le milieu du XV ème siècle, une seconde avait été fondée en mémoire de la visitation de la Vierge à Sainte Élisabeth. Ce qui lui avait fait donner aussi le nom de chapelle Sainte Élisabeth ( 1 ).


L'abbé Augustin Dusautoir dans son ouvrage de 1903 intitulé "Guide pratique du visiteur" nous apporte les précisions suivantes :
Sur le côté et encastrée dans la muraille, on voit une merveilleuse pierre tombale sur laquelle est gravée un riche portique gothique. Elle porte des incrustations de marbre blanc, de cuivre et d'une pierre jaunâtre relevée de vermillon. Aux quatre angles se trouvent les symboles des Évangélistes dans les quatre fouilles. Une inscription avec les armes du défunt rappelle le nom du chanoine Simon Bocheux, doyen du Chapitre de Saint-Omer en 1423 et rappelé à Dieu en 1462. Enfin, encastrée dans le mur du fond de la nef, une grande pierre bleue apparaît aux regards contenant trois personnages, abrités par de riches arcades à engrélures, couronnées de gables aigus à rosaces, de clochetons et de contreforts dont l'ensemble forme une gracieuse architecture. Le personnage du milieu est le chapelain Mchel Ficefate, décédé en 1415, et qui obtint la permission d'enterrer dans sa propre tombe sa mère et sa sœur, figurées à droite et à gauche et décédées avant lui, en 1391 et 1407. Au pied de cette dalle et dans le pavé, une dernière pierre tombale dont l'inscription est fruste représente deux prêtres dont la tête et les mains sont de marbre blanc. Le tableau, LA DESCENTE DE CROIX, que vous avez devant vous est attribué au grand peintre Rubens lui­ même, ou au moins à l'un de ses meilleurs élèves. Il fut Commandé en 1612 par le Chapitre de Saint-Omer à Rubens et payé 250 florins. Installé à son arrivée dans la chapelle actuelle de Saint Omer dans le pourtour du chœur, il a été successivement placé en 1623 dans la chapelle de Saint Léonard, au XIX ème siècle dans celle de Saint Erkembode et enfin à cet endroit.



Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle Ancienne sainte trinité


Cathédrale de Saint-Omer|Chapelle avancée saint-martin


Cathédrale de Saint-Omer | Le tableau, LA DESCENTE DE CROIX, que vous avez devant vous est attribué au grand peintre Rubens lui­ même, ou au moins à  l'un de  ses meilleurs élèves. Il fut Commandé en 1612 par le Chapitre de Saint-Omer à Rubens et payé 250  florins. 
Installé à son arrivée dans la chapelle actuelle de Saint Omer dans le pourtour du chœur, il a été successivement placé en 1623 dans la chapelle de Saint  Léonard,  au  XIX ème  siècle  dans  celle  de Saint Erkembode et enfin à cet endroit.
 encastrée dans le mur du fond de la nef, une grande pierre bleue apparaît aux regards contenant trois personnages, abrités par de riches arcades à engrélures, couronnées de gables aigus à rosaces, de clochetons et de contreforts 
dont l'ensemble forme une gracieuse  architecture.
Le personnage du milieu est le chapelain Mchel Ficefate, décédé en 1415, et qui obtint la permission d'enterrer dans sa propre tombe sa mère et sa sœur, figurées à droite et à gauche et décédées avant lui, en 1391 et 1407.
Au pied de cette dalle et dans le pavé, une dernière pierre tombale dont l'inscription est fruste représente deux prêtres dont la tête et les mains sont de marbre blanc.
Cathédrale de Saint-Omer Chapelle Ancienne sainte trinité
Cathédrale de Saint-Omer Chapelle Ancienne sainte trinité
Cathédrale de Saint-Omer Chapelle Ancienne sainte trinité
Cathédrale de Saint-Omer | Chapelle Ancienne sainte trinité
Cathédrale de Saint-Omer | Sur le côté et encastrée dans la muraille, on voit une merveilleuse pierre tombale sur laquelle est gravée un riche portique gothique. Elle porte des incrustations de marbre blanc, de cuivre et d'une pierre jaunâtre relevée de vermillon. 
Aux quatre angles se trouvent les symboles des Évangélistes dans les quatre fouilles. Une  inscription  avec les armes  du  défunt  rappelle le	nom du chanoine Simon Bocheux, doyen du Chapitre de Saint-Omer en 1423 et rappelé à Dieu en 1462.
Cathédrale de Saint-Omer | Le tableau, LA DESCENTE DE CROIX, que vous avez devant vous est attribué au grand peintre Rubens lui­ même, ou au moins à  l'un de  ses meilleurs élèves. Il fut Commandé en 1612 par le Chapitre de Saint-Omer à Rubens et payé 250  florins. 
Installé à son arrivée dans la chapelle actuelle de Saint Omer dans le pourtour du chœur, il a été successivement placé en 1623 dans la chapelle de Saint  Léonard,  au  XIX ème  siècle  dans  celle  de Saint Erkembode et enfin à cet endroit.

Photographe

Montage & Photographies Les Amis de la Cathédrale

Textes et documentation provenant des archives de l'association "Les Amis de la Cathédrale". Si vous constatez une erreur sur cette page n'hésitez pas à le signaler à l'équipe en charge de la documentation en cliquant ICI.